PRESENTATION DE LA FILIERE VIN DE RHONE-ALPES

Source Comité Viti Vinicole Rhône-Alpes

 

1/ l’économique

 

• Les chiffres clés :

4e région française de production de vins, la région Rhône-Alpes a enregistré une récolte particulièrement basse en 2013, même si elle était en légère hausse par rapport à 2012 pour atteindre 2.140.000 hl sur une superficie en production en baisse également en raison d’arrachage, de remembrement et de restructuration en cours , environ 50 000 ha. La production viticole rhônalpine est axée sur les vins avec indication géographique (92%).

Cette baisse semble devoir s’arrêter, et 2014 devrait retrouver un volume proche de 2.500.000 hl au moins, après avoir connu déjà un léger redressement en 2013. Cette tendance qu’on retrouve au niveau national, et sur tous les vignobles (-10 % de surface en 20 ans, et des récoltes historiquement faibles depuis 5 ans…) semble s’inverser en 2014. Les arrachages primés terminés, et la restructuration aidée étant en plein développement, le vignoble semble pouvoir à nouveau atteindre des rendements satisfaisants.

Le nombre d’exploitations a également baissé pour atteindre selon le dernier recensement de 2010 le chiffre de . Cette baisse s’explique en grande partie par le regroupement de petites exploitations, et l’acquisition par les exploitations les plus importantes des parcelles sans repreneur ou d’exploitants touchés par la crise viticole de 2007.


• Les perspectives et enjeux à relever au plan commercial

Une étude stratégique menée en 2012 a permis de flécher les priorités pour le développement de la filière :

- Devenir la première région oenotouristique française en 2025, en poursuivant la structuration et la professionnalisation des acteurs de l’oenotourisme, en s’implantant d’une manière durable sur LYON et la région dans son ensemble. Objectif : faire de chaque rhônalpin, un ambassadeur des vins de la région.

- Poursuivre l’implantation de l’œnothèque Rhône Alpes dans les restaurants, cavistes, bars à vins

- Développer l’export sur les pays tiers, mais aussi l’Europe, en accompagnant les entreprises qui ne sont pas encore professionnalisées, et en offrant des opportunités aux entreprises déjà bien implantées sur les marchés.

 

2/ le sociétal

 

Le secteur viticole continue à être un employeur agricole rhônalpin majeur avec 68000 emplois salariés directs en 2013 sur viticulture et vinification.

A ce chiffre, il convient d’ajouter l’ensemble des emplois indirects liés à la distribution des vins et au développement de l’activité oenotouristique (embauche dans les caveaux, non pris en considération dans le chiffre ci-dessus).



• Les perspectives et enjeux à relever sur le plan sociétal
(Formation initiale, évolution des compétences, besoin en main d’œuvre, reconnaissance des pratiques (charte professionnelle, …)


Parce qu'ils sont l'expression de terroirs bien identifiés, que ces terroirs sont nombreux et largement répartis dans toute la région, parce que le vin est un produit d'appellation qui induit sur place une activité économique et une valeur ajoutée, les vignobles de Rhône-Alpes ont un fort impact en matière d'aménagement du territoire.

Cet impact est d'autant plus intéressant qu'il s'exerce sur des zones difficiles qui n'ont souvent pas d'autre alternative agricole, puisque la vigne est la seule culture apte à valoriser certains coteaux.
Il est carrément primordial dans certains secteurs où la viticulture représente la seule voie possible pour l’agriculture et l’aménagement du territoire (Tricastin, Baronnies…).

La vigne contribue fortement à la qualité des paysages, et à l'attraction des touristes ; les paysages viticoles rhônalpins sont tous différents, bien individualisés, et donc attractifs par leur originalité. Ils constituent un atout pour la mise en valeur de la qualité des produits, pour le développement du tourisme, et le renforcement de l'identité du produit.

Un enjeu majeur est la pérennisation de la viticulture en coteaux, en adaptant cette viticulture aux exigences sociétales, et en permettant une reconnaissance du rôle du vigneron dans l’aménagement du territoire.

L’autre enjeu primordial est de favoriser la transmission des entreprises et l’installation. Des actions en ce sens vont être entreprises dès 2015 afin de favoriser les rapprochements entre cédants et éventuels acquéreurs.