PRESENTATION DE LA FILIÈRE VIANDE BOVINE, OVINE DE RHÔNE-ALPES

Source BEVIRALP

1/ L’économie


La filière viande bovine en chiffres

 

 

15380 exploitations détenant des bovins

447 M€ : Valeur de la production bovine

3900 exploitations spécialisées en viande bovine

Soit 11,5% de la production agricole régionale

170 000 vaches allaitantes  (4,1% du national)

68 290 Téc de production de Gros Bovins

 

11 374 Téc de production Veaux de  Boucherie

 

97 618 Téc de gros bovins abattus sur la région (8% de l’abattage national)

 

18 921 Téc de veaux abattus sur la région (10% de l’abattage national)

 

144 000 Téc de consommation de viande bovine sur la région

 Téc : Tonne Equivalent Carcasse

Avec plus de 14 500 exploitations détenant des bovins sur la région, la filière viande est la troisième filière, en chiffre d’affaires agricole, de Rhône-Alpes, après la filière lait et les céréales

La production de viande bovine en Rhône-Alpes représente 5.6 % de la production nationale. 63% de la production de gros bovins sont issus du troupeau des races à viande contre 37% issus du troupeau laitier. Dans les deux cas, les femelles représentent 75% du tonnage de gros bovins produits.

La région Rhône-Alpes ne possède pas de produit phare en viande bovine sur lequel il serait possible de concentrer les efforts de promotion pour tirer le reste de la production. Elle a cependant un atout motivant à saisir : Rhône-Alpes est un bassin de consommation important. Avec plus de 6 millions d’habitants et une activité touristique intéressante, la consommation représente quasiment le double de la production.
La région doit donc jouer la carte de la proximité.

2/ Le sociétal


La moitié des exploitations de la région est spécialisée dans l’élevage de ruminants, en premier lieu les bovins. La moitié de la surface agricole est toujours en herbe et la même proportion est classée en zones difficiles, zones où la production bovine joue un rôle majeur dans le façonnage et l’entretien des paysages ruraux. L’élevage bovin contribue à l’attrait que suscite la région Rhône-Alpes, qui se traduit notamment dans le développement du tourisme vert.

Cette filière génère une activité économique importante. Elle a la particularité d’être bien implantée sur tout le territoire avec des outils de proximité, gages du dynamisme des métropoles rhônalpines et des différents territoires régionaux. Elle compte une centaine d'entreprises de commerce en vif, 5 organisations de producteurs, 2 marchés aux bestiaux dont celui de Bourg en Bresse qui est le premier de France en nombre d'animaux commercialisés, 25 abattoirs et une centaine d'ateliers de découpe. Soit un peu plus de 7000 emplois.

L’importance économique des activités de production primaire et de transformation, leur bonne couverture du territoire sont des atouts pour la région qu’il convient cependant de nuancer. En effet, comparativement aux moyennes nationales, les élevages comme les entreprises de la région sont de plus petites dimensions.

Les exploitations bovines se spécialisent encore mais avec un troupeau moyen de 28 vaches, elles demeurent en deçà de la moyenne nationale de 50 vaches par exploitation. Environ 25% des exploitations détenant des bovins ont moins de 10 UGB. Les unités où l’agriculture est une activité complémentaire représentent 50% des exploitations rhônalpines. Elles regroupent de petits élevages mais valorisent 20% des surfaces en prairies naturelles. Elles participent à la sauvegarde et à l’aménagement du territoire et se répartissent de façon homogène sur toute la région sans distinction de relief.

Globalement, les entreprises de transformation de la région sont de tailles modestes et ont des difficultés à s’implanter sur des marchés nationaux face à la concurrence des grands groupes. Parmi les unités d’abattage de gros bovins de la région, on constate que près de 80% du tonnage est réalisé par les 6 outils industriels (plus de 8 000 Tec/an). Les 8 outils intermédiaires participent aux 17% des tonnages (activité oscillant entre 2500 et 8000 T/an). Enfin, les 11 abattoirs de proximité répondent souvent à une demande de circuits courts et complètent l'activité d'abattage de gros bovins pour 3% des tonnages.

3/ L’environnemental et le territorial


Enfin, une autre résultante de la proximité des consommateurs est le développement des filières certifiées en Rhône-Alpes.
Rhône-Alpes compte en effet, sur son territoire, pas moins de 4 labels rouges et 1 AOC en viande bovine.
Près de 5550 éleveurs sont qualifiés pour la Charte des Bonnes Pratiques d'Elevage, qualification préalable à de nombreuses démarches qualité.

C’est le cas notamment de la démarche Agriculture Rhône-Alpes qui permet d’identifier les viandes produites sur la région. Les consommateurs peuvent ainsi retrouver dans leurs assiettes une viande de proximité parfaitement tracée du pré à l’assiette.

Ce schéma  rigoureux et contrôlé permet à la filière Rhônalpine d’être très réactive aux demandes du marché (création de nouvelles filières identifiées, …) mais, surtout traduit l’engagement fort des professionnels concernant les attentes de la société sur les pratiques de production, renforçant ainsi les liens entre les éleveurs et les consommateurs.